Skip to content

Fr. 478

January 9, 2014

Frondateur: la méthode de Deleuze contiendrait-elle un jeu de mots comme les philosophes les aiment? Et quel intérêt y’a-t-il à rapprocher “fondateur” et “frondeur”, des termes distants, voire opposés au niveau du sens?

En quoi Deleuze est-il fondateur? Il ne faut pas prendre ce terme au sens de fixer le centre ou la base, car Deleuze n’entend nullement désigner un centre autour duquel la pensée philosophique ou autre gravite ni une base à laquelle tout énoncé philosophique ou autre se référerait pour sa légitimation. Or, il reste dans l’oeuvre deleuzienne un élément fondateur et précisément dans ce sens où l’auteur pense capter un aspect de la pensée jusqu’alors inconnu qui permet de commencer ou, mieux, fait commencer:  la différence à la racine de la pensée et de chaque pensée particulière. A partir de cette différence ressentie par le sujet est né un problème d’orientation qui lance la création de tout un réseau de concepts connexes pour y apporter une solution déjà présente dans la tournure du problème. Avec chaque nouveau problème est produit un nouveau réseau qui répand et reprend l’espace cognitif occupé jusqu’à ce moment par le réseau précédent. Ainsi, l’espace et la matière de la pensée sont repris, redéployé et répété dans des configurations toujours différentes (à l’instar des langues naturelles).  En cernant ce qu’il y a de commun et de nouveau dans chaque instance de penser, Deleuze esquisse un système de connexions toujours épanouissant. D’où le sens de lui attribuer le titre de “fondateur”.

Cependant, dans cette prolifération de concepts, liaisons et échos, le penseur met bien l’accent sur l’absence d’un centre, en dépit des éléments communs esquissés au-dessus. Ce pourquoi Deleuze mérite aussi bien le titre de frondeur. Tout comme ce dernier milite pour la lutte des périphéries avec le centre, le premier déplace la racine de la pensée en tant que différence à chaque fois qu’il y a pensée et introduit par-là même un bouleversement dans le champ. Est exclu l’ordre et l’enchainement de raisons qu’impose le logicien sur la pensée. Est promu le basculement de tout ce qui élimine l’autre et le différent. Pourtant, cette racine à chaque fois déplacée ne devient pas le centre à son tour, ne vaudra jamais un nouveau centre. Bien au contraire, cela contrarie le frondeur, le “centrisme” étant à éviter à tout prix.

D’où l’intérêt d’être frondateur: toujours nouveau en reprenant, toujours différent en répétant.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: