Skip to content

Fr. 490

March 3, 2014

“Dans cette dissémination des jeux de langage, c’est le sujet social lui-même qui paraît se dissoudre. Le lien social est langagier, mais il n’est pas fait d’une unique fibre. C’est une texture où se croisent au moins deux sortes, en réalité un nombre indéterminé, de jeux de langages obéissant à des règles différentes […] On peut retirer de cet éclatement une impression pessimiste: nul ne parle toutes ces langues, elles n’ont pas de métalangue universelle, le projet du système-sujet est un échec, celui de l’émancipation n’a rien à faire avec la science […]” (Lyotard, La condition postmoderne, pp. 66-67).

Comme Lyotard se consacre exclusivement dans La condition postmoderne à la question de l’état du savoir (et non celui du sujet ou du savant au sens très large), ce dernier n’y apparaît que très rarement et ne reçoit pas de traitement considérable. Cependant, dans la mesure où tout savoir renvoie à un savant (encore, au sens très large), il nous semble important de poser cette question avec, pour ne pas dire pour, Lyotard qui s’en occupe ailleurs dans son oeuvre. Alors, quelles conclusions provisoires peut-on tirer des passages comme celui au-dessus?

Avant tout, il est important de souligner le rapport étroit qui se tisse entre le sujet, la société et les jeux de langage. Si le sujet social semble se dissoudre, cela est précisément en raison de la nature même de la société dans laquelle il se trouve, ainsi que le lien entre ce sujet et tout autre. Cette société se révèle être langagière au sens où les différents domaines et activités qui la constituent renvoient aux jeux de langages. Ce sont les mêmes jeux auxquels participe le sujet à chaque fois qu’il s’adresse à l’autrui de sorte que le sujet s’implique sans exception dans un jeu de langage ou un autre. Cela n’en est pas moins vrai lorsque le sujet ne s’adresse à personne en particulier sauf lui-même, car les formes pour s’adresser à soi-même découlent également de l’usage fixé par la société.

Ainsi, au même titre que les jeux de langage sociétaux constituants, la société dans laquelle se trouve le sujet s’avère une affaire du multiple. C’est pour cette raison que Lyotard affirme du sujet “social” qu’il paraît se dissoudre dans la multiplicité des jeux de langages composant la société. Avec une pluralité de liens à tisser entre les sujets différents vient en même temps une pluralité d’aspects différents sous lesquels il convient de considérer telle ou telle partie du sujet comme approprié au jeu de langage et au lien en question. De la variabilité même des rapports entre les sujets sociaux est né la mort de l’idée même du sujet social, du moins de la façon dont on considère habituellement celui-ci. Au lieu du sujet identique une fois pour toutes, stable à travers tous les rapports qu’il pourrait entretenir aux autres, aussi stables que lui-même, se substitue peu à peu une perspective d’après laquelle le sujet se présente comme autant de sujets différents qu’il y a d’autres, de rapports éventuels et de jeux de langages possibles.

Suivant un point de vue pareil, la question de la légitimation disparaît aussi bien pour le sujet que pour le savoir et un nouveau régime de subjectivation s’instaure. La question est désormais de savoir, d’une part, s’il existe toujours une manière dont les aspects langagiers différents du sujet se tiennent en un individu comme on le conçoit le plus souvent (d’où le sens de maintenir que le sujet social paraît se dissoudre – le sujet social mais non tel autre et non en réalité) et, d’autre part, si une telle manière existe, en quoi elle consiste plus précisément. Si l’on reste le sujet ou l’individu concret d’après la façon habituelle de penser, reste à voir quel ensemble de règles ou quelle grammaire sous-tend ce premier.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: