Skip to content

PHL

September 17, 2014

Parfois, en pleine nuit, on arrive malgré tout à s’introduire dans la gare par une porte de côté. En franchissant le seuil, le promeneur se trouve dans un espace qui revêt un tout autre aspect. Nul signe de la vie n’est présent et tout paraît en attente du lever du soleil. Il passe devant les caisses vides et écoute attentivement les annonces muettes de la SNCF. Pourtant, dans cette gare devenue une dédale, la seule manière d’avancer et de rejoindre la vie consiste à se heurter contre les portes fermées et longer les quais, pour finir par revenir sur ses pas et retrouver la première porte, celle qu’il aurait mieux valu ne pas franchir.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: