Skip to content

Fr. 609

March 31, 2015

1. Si les prévisions de Kant s’avèrent plus ou moins justes quant à la forme des institutions internationales futures, le texte procède sous une certaine illusion par rapport à lui-même. A chaque fois où il serait nécessaire d’exposer les raisons précises pour lesquelles Kant entreprend une tentative d’histoire universelle ou universalisante, l’auteur écarte la question de ses propres motifs au bénéfice d’une exposition purement descriptive. Sachant que, selon l’historicisme pragmatique, il n’est guère possible de tenir la description à l’écart des buts explico-normatifs, cela semble un grand défaut de la méthode employée par Kant. Pourquoi une telle perspective devrait-il nous importer? Sans autre précision (à part l’allusion rare à l’irritation ou la frustration), on ne pourra pas dire si la tentative de Kant atteint les objectifs qu’il se fixe.

Pourquoi importe-t-il tant de préciser la perspective normative ou explicative en vue de laquelle on procède dans toute démarche? Car il serait impossible de déterminer si la description remplit la fonction qu’elle s’octroie de façon subreptice ou autre. Imaginons, par exemple, un cas où un scientifique propose une théorie selon laquelle les espèces animales sont déterminées par une forte tendance vers des fins et des environnements de plus en plus précis ou définis. Bien que cette théorie participe à la description tant qu’elle prétend décrire le comportement des espèces animales, on trouve ci-joint une attente d’un ordre tout à fait différent. En réalité, cette même théorie ne se contente pas de décrire la situation mais maintient qu’il est aussi important de signaler, à la fois, la raison pour laquelle les espèces se comportent ainsi et combien une espèce ne se conformant pas à cette fin serait considéré comme aberrant. En bref, à cette description se joignent des attentes explicatives et normatives d’ordre important. Les exemples pourraient se multiplier en tirant sur les domaines de psychologie morale ou méta-éthique; on trouvera les mêmes attentes avouées ou non.

Admettons, avec Stout, que toutes les descriptions comportent de telles tendances sous-jacentes. Il serait, par ce fait, un grand défaut d’une théorie de ne pas avouer ces tendances lors de l’élaboration de sa perspective dans la mesure où ce manque empêche de déterminer si la théorie réussit ses propres buts, indépendamment de la valeur de ces mêmes buts. Le défaut de Kant dans l’Idée d’une histoire universelle serait donc de ne pas avoir précisé ces mêmes buts et de nous laisser à la dérive. De cette façon, il nous tomberait de lui fixer des buts plus ou moins appropriés à sa situation historiques. Laissant de côté toute question d’interprétation, on peut se demander si même Kant était conscient des motifs qui l’ont poussé à écrire le texte. Cela met en question avant tout sa notion d’autonomie, ce qui fait progresser l’histoire en dépit de la tradition et de l’hétérogénéité.. Si même Kant n’était pas en mesure de se fixer des buts précis dans ses écrits mais écrivait en vue de mobiles ressentis de façons de plus ou moins obscurs, cela pourrait être considéré une raison de plus pour écarter sa vision de la personne humaine et de l’histoire. D’où l’importance des pulsions émotionnelles que ressent même Kant, le philosophe de l’homogénéité rationnelle. L’affectif et le rationnel, le transcendent et l’historique, le descriptif et le normatif: tout s’implique de façon beaucoup plus importante que Kant le croyait.

Advertisements
No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: